Mavic 3 : un lancement « feu d’artifice » pour un produit non finalisé !

Sortie le 5 novembre 2021, les fans ont pu recevoir le tout nouvel opus du drone star de la marque dès la semaine suivante. Les attentes étaient nombreuses pour le drone le plus attendu depuis un an, avec une mise sur le marché sans doute retardée à cause du covid (envisagée début 2021 et reportée sine die début 2022), puis vraisemblablement légèrement anticipée pour capter les ventes de Noel et couper l’herbe sous le pied de la concurrence…

Un lancement médiatique réussi…

DJI a savamment orchestré son lancement, en multipliant les fuites pour susciter l’attention et la curiosité. Les infuenceurs ont reçu leur exemplaire plusieurs semaines avant le grand public, le temps de faire les plus belles images possibles… et couvrir l’appareil de louanges.

Une opération réussie de ce point de vue, les louanges sont nombreuses malgré un prix presque multiplié par pour le pack Fly more par rapport à son prédécesseur le Mavic 2.

Mais le produit livré est loin d’être prêt !

Quelle ne fut pas la déception des premiers acheteurs à la réception de l’engin volant !

De nombreuses fonctionnalités affichées dans la fiche produit ne seront en fait pas mise en place avant janvier 2022. Pourtant, rien n’est indiqué au moment de la commande : on est tout prêt de la tromperie ! La liste ne fait pas dans le détail, des fonctions majeures sont manquantes :

  • l’active track
  • les modes panoramiques, time laps etc…
  • Les modes d’assistance au pilotage, le POI, le Waypoints…
  • Les modes créatifs Quickshots
  • La video HDR
Source : https://www.dcrainmaker.com

Des manques d’autant plus surprenants qu’ils sont disponibles sur le Mavic 2 depuis 3 ans et sur le Mavic Air 2 depuis 2020, lequel utilise l’application DJI Fly comme le M3….

Le choix de passer un drone professionnel sous l’application grand public DJI Fly interroge également. Les options de paramétrage manquante sont très nombreuses. Un retour en arrière consternant pour un drone professionnel.

La radiocommande n’est pas en reste, à moins d’investir dans la RC Pro, vous ne disposerez « que » de la radiocommande du Air 2, avec des manques importants (3 boutons en moins et c’est de nombreuses possibilités de personnalisation et de réglage qui disparaissent). Le choix marketing de DJI de ne pas rendre le Smartcontroller compatible est très méprisant pour les clients de DJI.

Pour le reste, les promesses sont plutôt au rendez vous :

  • L’impression générale (après une semaine d’usage) reste bonne. Le drone est robuste, il tient bien au vent, affiche une stabilité améliorée dans des conditions de vol douteuses.
  • oui l’autonomie progresse. Un vol normal passe de 21-22 minutes à 30-32 minutes, ce qui est un gain considérable même si on n’est pas aux 46 minutes annoncées (mais on sait depuis toujours que le chrono s’écoule plus vite en Chine qu’en Europe).
  • oui le pilotage gagne encore en confort et en puissance (malgré l’énorme raté de la radiocommande standard et la non compatibilité de l’excellent Smartcontroller)
  • Coté photo, l’image présente moins de bruit dans les zones homogènes, ce qui était à mes yeux le défaut majeur du Mavic 2. Ca manque encore de piqué (mais avec un objectif aussi petit on a des performances remarquables) mais dans certaines situations l’image est plus jolie à regarder surtout cropée à 70 ou 100%.

Une chose est sûr, DJI a intérêt à ne pas manquer son rendez vous de janvier et sa mise à jour sans quoi ses supporters finiront par déchanter.